Les Généralistes CSMF - Conférence de presse  / 15-09-2016


     Augmenter |   Réduire


Voir en ligne : Conférence de presse du 15/09/2016

1- L’UNOF-CSMF change de nom et devient : Les Généralistes CSMF

• L’UNOF-CSMF a 32 ans ! Ce nom est devenu peu parlant pour les jeunes générations de médecins généralistes. Le terme omnipraticien est peu adapté à des médecins devenus spécialistes en médecine générale.

• Les Généralistes CSMF est un syndicat de médecins généralistes libéraux représentant tous les spécialistes en médecine générale.

• Les Généralistes CSMF mène son combat au sein de la CSMF pour défendre un modèle d’exercice cordonné libéral et social entre les médecins traitants, les autres spécialités médicales et les autres acteurs de la santé.

2- Les avancées de la convention pour les médecins généralistes ont été obtenues grâce au travail des 5 syndicats représentatifs pendant 5 mois :

• La consultation à 25 € est un indispensable rattrapage qui permet de fixer au même tarif la consultation de base de l’ensemble des médecins quelle que soit leur spécialité médicale.

• La hiérarchisation des actes cliniques, portée de longue date par la CSMF, a été repris par l’ensemble des syndicats représentatifs et retenue par la CNAM. Les 4 niveaux de consultation à 25, 30, 46 et 60 € sont les fondations d’une prise en compte de la complexité des actes cliniques de médecins généralistes.

• L’apparition de quelques consultations de prévention : 1ère consultation de contraception et de prévention des MST pour les jeunes filles de 15 à 18 ans, consultation de suivi et de coordination de la prise en charge des enfants en risque avéré d’obésité.

• La création d’un forfait structure indispensable à la libération de temps médical pour les médecins généralistes.

• Des mesures démographiques pour soutenir le maillage territorial dans les zones fragiles qui s’adressent aussi bien aux jeunes installés qu’aux médecins déjà installés. Les Généralistes CSMF s’est battu lors de cette négociation pour que ces aides ne concernent pas uniquement les nouveaux médecins installés dans ces zones.

• Une meilleure prise en compte de la protection sociale avec conservation de la participation aux 2/3 de l’Assurance Maladie à l’ASV et l’engagement d’améliorer cette protection au niveau de la couverture maladie, maternité et accidents de travail.

3- La convention médicale ne prépare pas l’avenir de la médecine générale libérale :

• Absence de planification d’une revalorisation du tarif de la consultation pour les 5 ans à venir en dehors du C à 25 € au 1er mai 2017.

• Transformation d’un paiement à l’acte même différé, la Majoration Personnes Agées (MPA), en forfait pour les médecins traitants qui va entrainer une perte de revenu.

• Recyclage du financement du dépistage du cancer colorectal dans la ROSP qui va, lui aussi, s’accompagner d’une diminution de la rémunération des médecins traitants.

• Surtout, cette convention médicale n’est pas structurante pour la médecine générale libérale, que l’on soit médecin déjà installé ou jeune médecin :
- Cette convention ignore 90 à 95% des actes complexes effectués par les médecins généralistes, qui resteront des actes de premier niveau à 25€.
- Elle ne reconnait pas la valeur ajoutée de la visite à domicile du médecin traitant qui permet pourtant le maintien à domicile de son patient.
- Elle n’incite pas à prendre en charge de nouveaux patients poly pathologiques par la reconnaissance d’une consultation dédiée complexe (nouveaux patients dont on devient médecin traitant).
- Elle ne valorise pas la consultation approfondie annuelle des patients en ALD ou poly pathologiques.
- Elle ne valorise pas l’exercice coordonné entre le médecin traitant et les autres spécialistes.
- Elle ne reconnait pas l’implication du médecin généraliste dans la prise en charge des actes urgents qui permettrait pourtant d’éviter bon nombre d’hospitalisations.
- Le forfait structure, quant à lui, est notoirement insuffisant pour inciter les médecins généralistes à se faire aider pour les tâches administratives et ainsi à se recentrer sur leur cœur de métier.

4- Programme et actions du syndicat Les Généralistes CSMF pour 2016/2017

• Les Généralistes CSMF appelle l’ensemble des médecins à continuer le mouvement de DESOBEISSANCE TARIFAIRE du C à 25€ en cotant au minimum le C à 25€, car le montant de la consultation d’un médecin généraliste est toujours déconnecté de la réalité, et le rattrapage à 25€ est repoussé au 1er mai !

• Les Généralistes CSMF appelle l’ensemble des médecins généralistes à poursuivre la DESOBEISSANCE CIVILE en n’appliquant pas le tiers-payant généralisé y compris sur la part obligatoire, mesure délétère pour la profession.
Bien sûr, Les Généralistes CSMF reste favorable au tiers payant social.

• Les Généralistes CSMF va continuer à se battre au sein de la CSMF pour la suppression du Tiers-Payant Généralisé obligatoire.

• Les Généralistes CSMF va travailler à l’élaboration de futurs avenants à la convention médicale dont le premier sera l’élaboration, avant le 31 décembre 2016, de la ROSP médecin traitant de l’enfant.

• Les Généralistes CSMF veut faire reconnaitre la complexité des consultations du médecin traitant et pour cela, faire qu’un nombre de plus en plus important de ces consultations deviennent des consultations de niveau 2, 3 ou 4.

• Les Généralistes CSMF veut valoriser l’implication du médecin généraliste dans son rôle en santé publique : prévention, dépistage, éducation à la santé (la nouvelle réglementation sur les certificats de sport va impacter lourdement l’activité de prévention habituelle des médecins traitants sur le suivi de la population).

• Les Généralistes CSMF veut proposer aux médecins généralistes libéraux de nouvelles organisations professionnelles pour répondre aux enjeux de demain, c’est-à-dire assurer la prise en charge de la santé de la population française, et tout particulièrement des patients atteints de pathologies chroniques dans le cadre d’un exercice coordonné pluri professionnel.

• Les Généralistes CSMF demande à ce que l’organisation de la permanence des soins ambulatoire des week-ends inclue les samedis matin ; ceci permettra d’assurer à l’ensemble de la population un accès aux soins et préservera la qualité de vie des médecins généralistes.

• Enfin, Les Généralistes CSMF s’opposera au projet de re-certification des médecins porté par le CNOM et estime qu’il est aberrant de proposer une re-certification alors qu’il n’existe toujours pas de certification.
 

Espace privé // Porte documents // Conception & développement du site de l'UNOF 2002->2016- Maurice BINIASZ