Trop c’est trop : Faut-il attendre qu’un médecin généraliste soit tué ?  / 02-11-2016


     Augmenter |   Réduire


Voir en ligne : le communiqué de presse (PDF)

Une médecin généraliste a été sauvagement agressée vendredi dernier à Châtellerault dans son cabinet médical par un patient et a été victime d’un traumatisme crânien avec perte de connaissance.

Le rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité des médecins (ONSM) de l’Ordre révèle que les agressions de médecins sont reparties à la hausse en 2015 et que 65% concernent les médecins généralistes tout en sachant que 56% des violences n’ont pas été rapportées aux autorités en 2015.

L’augmentation des agressions verbales et physiques touche tous les corps professionnels, des médecins aux enseignants, et reflète l’évolution de la société.

Les médecins généralistes sont souvent le dernier lien social présent dans toutes les situations difficiles, que ce soit en ville, en milieu rural ou dans des zones de non droit. Ils sont donc plus exposés et confrontés à des actes violents qui ont toujours des conséquences néfastes sur l’exercice de leur métier.

Il appartient aux pouvoirs publics de prendre à bras le corps ce problème sociétal et de prendre toutes les mesures pour que les médecins, et plus largement les professionnels de santé, soient des professionnels protégés.

Aujourd’hui, les parlementaires ne pensent qu’à envoyer des médecins généralistes exercer dans des déserts, l’Assurance Maladie harcèle les médecins généralistes (médecins de ROMILLE pour le mouvement de désobéissance tarifaire du C à 25€, délits statistiques, …), une partie de la population ne les considère que comme de vulgaires objets de consommation et le tiers-payant généralisé ne fera qu’aggraver ces comportements.

Les Généralistes-CSMF appelle le gouvernement et l’Assurance Maladie à cesser leurs attaques incessantes à l’encontre des médecins généralistes et à prendre des mesures urgentes pour les protéger dans le cadre de leur exercice, sinon aucune mesure incitative ne sera de nature à rendre plus attractive la spécialité médicale la plus délaissée par les futurs médecins.

Contacts presse :
Dr Luc DUQUESNEL, Président : 06.85.66.67.19
Dr Béatrice FAZILLEAUD, Secrétaire Générale : 06.82.01.57.08

Espace privé // Porte documents // Conception & développement du site de l'UNOF 2002->2016- Maurice BINIASZ